Les langues de travail du programme Interprétation de conférence

Chaque interprète de conférence s’appuie sur une combinaison linguistique qui lui est propre. Il s’agit de l’ensemble des langues de travail, qui s’énonce de la manière suivante :

  • Langue A = langue maternelle ou assimilée
  • Langue B = deuxième langue active
  • Langue C = langue passive

La langue maternelle ou langue A  : elle doit être riche et précise. C’est la langue dans laquelle un adulte a fait ses études supérieures. Dans certains cas exceptionnels, un interprète peut avoir plus d’une langue entrant dans cette catégorie.

La langue active ou langue B : c’est une langue dont l’interprète, sans qu’elle soit sa langue maternelle, a une maîtrise parfaite et vers laquelle il interprète à partir de sa langue A.

La langue passive ou langue C : c’est une langue dont l’interprète a une compréhension totale et à partir de laquelle il interprète vers sa langue A.

A l’ISIT : l’anglais et le français sont obligatoires dans toutes les combinaisons linguistiques. L’éventail linguistique proposé comprend également l’allemand, l’espagnol, l’italien, le portugais, le russe et toute autre langue, pour autant que la demande existe et que des enseignants qualifiés puissent être trouvés.

En 2013-2014, la formation en Interprétation de conférence est assurée à partir ou/et vers les langues suivantes : allemand, anglais, chinois, coréen, espagnol, français, grec, italien, japonais, néerlandais, persan, polonais, portugais, roumain, russe, suédois.

Les combinaisons linguistiques admises

  • AA pour l’anglais et le français exclusivement,
  • AB pour l’anglais et le français exclusivement, à condition que le niveau de la langue B soit presque équivalent à celui d’une langue A,
  • ABC, ABBC, ACCC ou toute autre combinaison plus riche ; dans ce cas, l’anglais et le français, toujours obligatoires, peuvent être des langues A, B ou C.

Les combinaisons ACC, sauf exception, ne sont pas retenues.