Adrien Maynard

CIT/BLCU 2013, Chine

25/06/2017

Premier diplômé du double Master de traduction ISIT - BLCU (Université de Pékin)

Votre parcours avant l’ISIT ?

C’est au cours de ma terminale que j’ai réellement pris conscience de mon intérêt pour les langues étrangères. Après l’obtention d’un Bac S, je me suis ainsi inscrit en LEA à l’Université de Nantes, avec pour choix linguistique l’anglais et le chinois. Initialement fort attiré par les cultures asiatiques, l’apprentissage du mandarin a été pour moi une révélation qui s’est confirmée lors d’un semestre d’études à Shanghai en 3ème année de LEA. La Licence en poche, je suis de nouveau parti en Chine afin de me perfectionner pendant un an en chinois, puis j’ai finalement intégré l’ISIT pour y poursuivre des études de Master.


Pourquoi l’ISIT ?

Depuis la Licence, mes choix d’études ont toujours été réfléchis en fonction de mon apprentissage du chinois : à savoir l’apport linguistique d’une formation et son application au niveau professionnel. Envisageant à la base de travailler dans la traduction, l’ISIT, de par sa spécialisation et sa renommée, est apparu à mes yeux comme un choix logique.


Pourquoi le double diplôme avec la BLCU (Université des Langues et des Cultures de Pékin) ?

J’ai eu la chance de voir cette convention avec la BLCU se conclure alors que j’avais déjà intégré l’ISIT et de faire, ainsi, partie de la première promotion à bénéficier de ce programme de double diplôme.

Quand cette opportunité de poursuivre nos études de Master à Pékin nous a été présentée, étant donné mes aspirations professionnelles, je n’ai pas longtemps hésité. Sortir d’une école avec deux diplômes de Master n’est pas chose courante et je tiens encore à remercier l’ISIT et la BLCU pour avoir rendu cela possible.

La sélection passe par des épreuves de compréhension écrite et orale, de traduction et d’interprétation. Mais le gros point positif selon moi est qu’il n’y a aucune limite de place, tous les étudiants qui ont le niveau peuvent en profiter.

Comment s’est déroulé ce cursus ?

Je peux vous dire aujourd’hui qu’il a dépassé mes attentes, aussi bien d’un point de vue scolaire que personnel.

  • Tout d’abord en termes de formation, il convient de noter la qualité des structures dans lesquelles nous avons évolué tout au long du cursus : salles de cours avec véritables cabines d’interprétation intégrées, le tout dans un énorme campus à l’américaine.
  • Surtout, ce qui fait le succès de ce double diplôme selon moi, c’est la qualité de l’enseignement dispensé. Au sein de l’Institut de traducteurs et d’interprètes (STI) de la BLCU, les professeurs sont tous des professionnels encore actifs dans le domaine de la traduction et qui, grâce à leurs contacts, permettent régulièrement aux élèves de réaliser de petites missions de traduction et d’interprétation en dehors des cours.
  • Enfin, au niveau personnel, ce cursus m’a permis non seulement de gagner en maturité et en expérience, mais également de faire pas mal de rencontres intéressantes, aussi bien d’étudiants que de professionnels issus de divers milieux.


Après l’ISIT ?

Je ne vois pas mon avenir sans la Chine. Aujourd’hui, je me prédestine à devenir un intermédiaire communicationnel entre la France et la Chine. Avec l’émergence de cette dernière et grâce à des expériences variées, j’ai la chance de pouvoir me tourner vers différents domaines, que ce soit dans le privé au sein d’entreprises ouvertes à l’international, ou bien dans le public et notamment dans les ambassades.

Toutefois question avenir, il est important de ne pas se précipiter. Il me reste aujourd’hui un tout dernier stage à réaliser pour valider ma diplomation, ce qui me laisse encore le temps de bien étudier toutes les opportunités qui s’offrent à moi, et ensuite prendre la meilleure décision en fonction de mes intérêts personnels et professionnels.

Des conseils pour les candidats à l’entrée à l’ISIT ?

  • Il est nécessaire selon moi de se donner les moyens de ses ambitions, et cela passe toujours par le travail. Pour les candidats à l’entrée à l’ISIT ou au double cursus avec la BLCU, la méthodologie est sensiblement la même. Comme beaucoup vous le diront, travaillez votre culture générale, vos langues, mais aussi informez-vous sur le monde qui vous entoure afin de mieux le connaître et ainsi mieux l’appréhender.
  • Plus généralement, déterminez tout d’abord un ou plusieurs axes de développement centrés sur les connaissances qu’il vous faut acquérir, ou du moins sur les lacunes à combler.
  • Puis, et c’est là le plus important, fixez-vous des objectifs et faîtes le maximum pour vous y tenir. Non seulement cela vous aidera dans vos études, mais cela vous habituera également aux exigences du monde professionnel.