• /
Ghislain Biehler – Consultant communication multilingue

Ghislain Biehler

ISIT 2013, France

12/01/2015

Conseil

Avant l’ISIT ?

J’ai passé mon Bac Scientifique avec mention européenne espagnole au Collège-Lycée Saint-Etienne de Strasbourg, puis je suis entré à l’ISIT en 1ère année.

Pourquoi  l’ISIT ?

Au départ, le choix d’un Bac S s’était fait dans l’optique d’évoluer dans un milieu scientifique. Puis au fur et à mesure des années, le goût des langues m’a poussé à me renseigner sur les possibilités que j’aurais d’allier mon bagage scientifique à mon goût pour les langues. L’ISIT s’est donc imposé comme la meilleure solution puisque proposant une formation reconnue et de qualité. En me renseignant davantage, l’éventualité d’intégrer la filière Juriste  m’a semblé intéressante afin d’ajouter une corde supplémentaire à mon arc en associant des études de droit aux études de traduction.

 Les atouts de l’ISIT ?

J’ai passé deux ans dans le pôle Juriste Linguiste. Dans un premier temps je ne savais pas trop à quoi m’attendre en me lançant dans le droit. Puis j’ai estimé qu’il fallait mieux que je me concentre sur le côté linguistique de mes études, pour revenir à mon objectif premier qui était d’allier le scientifique à la traduction par le biais de la traduction technique au sens large. Dans cette optique,  j’ai intégré le Master Communication interculturelle et traduction. J’ai pu enchaîner les stages en entreprise dans des domaines variés (entreprise de Cloud Computing à Cambridge, laboratoire pharmaceutique à Montpellier puis Centre National d’Études Spatiales à Paris), avant d’effectuer la 5è année une alternance chez Air France comme chargé de communication interne et webmaster bilingue, toujours dans un domaine technique : la finance.

 Après l’ISIT ?

Jusqu’à la fin de la 4ème année, mon objectif professionnel était plutôt clair dans le sens où j’avais pour projet de créer une agence de traduction avec d’autres étudiants de ma promo. Depuis, principalement grâce aux cours de 5ème année et de mon poste en alternance, d’autres débouchés me semblent aujourd’hui (même si l’idée d’ouvrir une agence n’est pas oubliée) possibles.

Je suis maintenant autoentrepreneur, principalement consultant en communication, même si je propose aussi à mes clients de profiter de ma double casquette en incluant des services de traduction.  Je travaille essentiellement dans la communication multilingue pour plusieurs clients avec pour objectif de profiter de ces expériences pour gagner encore en compétences ainsi qu’en crédibilité.

 Des conseils pour les futurs étudiants ?

Pour moi, le conseil le plus important à donner aux futurs étudiants est de garder l’esprit ouvert. Avoir un projet professionnel dès son entrée à l’ISIT, c’est bien, mais c’est encore mieux de le faire évoluer, ou en tout cas d’envisager d’autres possibilités si ce n’est que pour valider ce projet.