• /
Juliette Bonnet – Interprète de conférence

Juliette Bonnet

ISIT 2013, France

11/03/2015

Interprétation de conférence

Sciences Po Paris, Master en droit économique, Master Interprétation de conférence de l’ISIT : Juliette multiplie les diplômes, portée par son goût pour la diversité, sa curiosité intellectuelle et son ouverture aux autres. Parcours d’une jeune femme bien dans sa tête…

Votre parcours avant l’ISIT ?

Avant d’entrer dans le master d’interprétation de conférence de l’ISIT, j’ai suivi une formation en cinq ans à l’Institut d’Etudes politiques de Paris. Mes deux premières années se sont déroulées à Poitiers, sur le campus ibéro-américain de Sciences Po Paris (l’institut possède plusieurs campus délocalisés en province, chacun étant spécialisé dans une partie du monde). J’ai ensuite passé ma troisième année au Brésil, à São Paulo, puis de retour à Paris, j’ai terminé avec un master de droit économique au sein de Sciences Po.

Pourquoi être interprète ?

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles cette profession m’attire depuis longtemps :

  • l’apprentissage des langues et la découverte de nouvelles cultures m’ont toujours passionné. C’est donc assez naturellement que je me suis tournée vers cette formation, puisque la profession d’interprète permet de manier les langues étrangères au quotidien et de beaucoup voyager.
  • la très grande diversité : on passe sans cesse d’un milieu à un autre, d’un sujet à un autre. Cette variété correspond tout à fait à ma personnalité et à mes attentes dans la vie : je n’ai jamais réussi à me « mettre dans une case » et à ne pas en sortir ! Il y a tellement de choses qui m’intéressent dans ce monde…L’interprétation permet de toucher un peu à tout et d’évoluer dans différents domaines d’activité.
  • Cette profession est très stimulante intellectuellement. Elle fait appel à des facultés que l’on ne sollicite pas nécessairement au quotidien, comme la mémoire, la capacité d’analyse, la concentration. Quand un interprète entre en cabine, il n’y a aucun moyen de tricher, il n’y a pas de « back up ». Au début, cette situation fait un peu peur, mais elle a aussi un aspect galvanisant. L’interprète ressent de véritables poussées d’adrénaline. On aime ou pas, moi j’aime !
  • Enfin, c’est une profession entièrement au service de l’autre : en résumé, il s’agit d’aider les autres à communiquer et je trouve cela très gratifiant.
     

Pourquoi l’ISIT ?

L’ISIT est reconnue comme l’une des meilleures écoles d’interprétation d’Europe et pour cette profession très exigeante, il faut pouvoir compter sur une formation de qualité.

Après l’ISIT ?

Ma combinaison linguistique me destine principalement au marché public, celui des grandes organisations internationales. J’ai donc prévu de passer les tests d’accréditation et les concours auprès de l’Union européenne et de l’ONU dans l’année à venir. J’ai également le projet de renforcer l’une de mes langues (anglais ou portugais) dans un avenir proche pour en faire une langue B. Pour cela, il me faudra nécessairement partir à l’étranger afin d’y travailler.

Des conseils pour les futurs étudiants ?

  • S’accrocher car c’est une formation difficile mais passionnante.
  • Y croire, être curieux et ouvert sur le monde.
  • Ne pas oublier de souffler et d’avoir des activités en dehors de l’ISIT (sport, musique – c’est véritablement indispensable pour décompresser). Travailler régulièrement mais sans s’imposer de pression excessive. A mon sens, lorsqu’on est étudiant en interprétation, il faut être vraiment « bien dans ses baskets  » et ne pas avoir peur d’oser. C’est une formation où l’on s’expose beaucoup et où il est bien d’avoir un bon équilibre dans sa vie personnelle !