• /
Ornella Olenga Disashi – Interprète de conférence

Ornella Olenga Disashi

ISIT 2013, France

25/02/2015

Interprétation de conférence

Ornella voit l’interprète comme un équilibriste, qui exerce un métier exigeant où chaque prise de parole est un défi, une prouesse.

Votre parcours avant l’ISIT ?

Après un bac L, attirée par la pluridisciplinarité des matières et par la possibilité de continuer à étudier langues vivantes et langues mortes, je me suis orientée vers deux ans de classes préparatoires littéraires (hypokhâgne et khâgne A/L). Je suis ensuite entrée en licence d’anglais LLCE à la Sorbonne avant d’entamer un double master : d’une part, un master de traduction spécialisée anglais-allemand et d’autre part, un master d’anglais LLCE.

Durant mes études, j’ai eu la chance d’effectuer des stages au sein d’organisations internationales : un 1er stage en traduction au Parlement européen, puis un stage au siège de l’ONU à New York.

Cette formation théorique et professionnelle m’a permis de m’établir en tant que traductrice freelance, notamment auprès de l’ONU et de vivre dans différents pays (États-Unis, Éthiopie, Cambodge, Luxembourg, etc.).

Pourquoi être interprète ?

On confond souvent traduction et interprétation. Ce sont pourtant des activités bien distinctes. Pour moi, l’interprétation est la voie de la curiosité. La traduction pousse à la spécialisation, l’interprétation nous fait valser avec les sujets. Ce métier apporte une vraie réponse à ma soif d’apprendre et c’est un alibi parfait pour parfaire sa culture générale. Chaque instant du quotidien devient source d’apprentissage. On pose littéralement un autre regard sur le monde.

L’interprète est un véritable équilibriste. Il lui faut déployer une concentration sans pareil, avoir un esprit de synthèse hors du commun et savoir garder son sang-froid. Rapidité, fluidité, précision, maîtrise des langues (étrangères comme maternelle) : chaque prise de parole est un défi. J’apprécie cette exigence du métier, mais aussi sa beauté.

Être interprète, c’est avant tout porter un message, se mettre au service de l’orateur et de ceux qui nous écoutent...L’humain prend une dimension tout autre. Nous côtoyons des personnes de tous les horizons, aussi bien en cabine que dans les couloirs, et c’est une véritable richesse. Encore aujourd’hui, je reste fascinée par la prouesse qu’est l’interprétation !

Pourquoi l’ISIT ?

La réputation de l’ISIT n’est plus à faire, aussi bien au niveau international que national. Le cursus “interprétation de conférence” offre une formation complète. Cours théoriques, entraînements, travail de la voix, simulations de conférence ainsi que stages et bénévolats rythment une année bien chargée, axée sur la professionnalisation. L’ISIT nous donne vraiment toutes les clés pour nous préparer à la réalité du métier.

Après l’ISIT ?

Une année s’est presque écoulée depuis le diplôme en juin dernier ! Je travaille en tant qu’interprète bi-active français-anglais sur les marchés privé et institutionnel. Relations internationales, médical, audiovisuel…je suis ravie de la multiplicité et de la diversité des sujets. L’appui du réseau de l’ISIT (professeurs et anciens élèves) m’a été très précieux. Les jeunes diplômés ne sont pas livrés à eux-mêmes.

Des conseils pour les futurs étudiants ?

Suivez l’actualité, soyez curieux, n’hésitez pas à prendre le temps d’aller à l’étranger pour renforcer vos langues. Il est capital de maîtriser les différentes cultures associées aux langues que vous parlez. Sans oublier votre langue maternelle ! Ne vous découragez pas et soyez patients : l’interprétation est une voie semée d’embûches, mais cela en vaut la peine.