Interprète

Un/Une interprète est chargé/chargée de traduire oralement un énoncé d’une langue à une autre. Le cœur du métier d’interprète est en effet de restituer, dans une autre langue, les paroles qui émanent d’une personne. Il/Elle doit faire cela sans en trahir le sens premier, mais sans avoir recours au mot à mot, et en conservant la justesse du ton et des nuances.

Que fait un/une interprète ?

  • L’interprétation simultanée : l’interprète, assis dans une cabine, écoute l’orateur à travers un casque et réexprime immédiatement son message dans une autre langue dans un micro. L’installation technique transmet cette interprétation aux casques des auditeurs.
  • L’interprétation consécutive : l’interprète, présent dans la salle aux côtés de l’orateur, suit le discours que celui-ci prononce et le restitue dans une autre langue après avoir pris des notes. 
  • Le chuchotage : l’interprétation chuchotée est, pour ainsi dire, de l’interprétation simultanée sans cabine. L’interprète, assis tout près de ses auditeurs, effectue une interprétation à voix basse en temps réel. 
  • La préparation : avant chaque intervention, l’interprète doit acquérir le vocabulaire technique et comprendre les enjeux du débat qu’il/elle aura à interpréter. 

Quels sont ses principaux savoir-faire ?

  • Sens du relationnel et de la communication
  • Excellente culture générale
  • Maîtrise de plusieurs langues et des techniques d’interprétation
  • Fort esprit d’analyse et de synthèse

Ses principaux savoir-être ?

  • Empathique
    L’interprète doit faire preuve d’empathie de façon à se mettre à la place de l’interlocuteur et de s’approprier le message et les nuances délivrés, non seulement à travers les mots, mais aussi à travers le contexte de la conférence, le ton ou encore la gestuelle de l’interlocuteur.
  • Curieux/Curieuse
    L’interprétation exige une grande curiosité intellectuelle et un intérêt pour l’actualité politique, culturelle et économique française et internationale. L’interprète se doit de se renseigner en profondeur sur le sujet dont fera l’objet la conférence ou la discussion qu’il/elle interprètera.
  • Endurant/Endurante
    La simultanée exige une très grande concentration, puisque l’interprète doit réceptionner l’information, la comprendre, la gérer et la restituer, tout en tenant un rythme de quelque 150 mots par minute. C’est pourquoi les interprètes se relaient environ toutes les 30 minutes.
  • Communicant/communicante
    En interprétation, l’acte de communication est immédiat, et suppose donc l’interaction entre orateurs, délégués et interprètes. L’interprétation n’est donc pas seulement un métier de langues, mais bien un métier de communication.

Quel environnement de travail ?

  • Les interprètes de conférence indépendants sont engagés pour des contrats de courte durée, pour des tâches spécifiques et par de nombreux clients successifs. Puisqu’ils travaillent souvent pour un grand nombre d’organisations, ils couvrent beaucoup de sujets différents et travaillent avec beaucoup d’interlocuteurs différents : 
    • des entreprises privées, 
    • des associations,
    • des organisateurs professionnels de conférence, 
    • des gouvernements, 
    • des organisations internationales, etc.
  • Les interprètes permanents sont temporairement ou constamment au service d’institutions internationales. Ils bénéficient de revenus réguliers, mais ont moins de liberté pour organiser leur travail.
  • Les interprètes-conseils recrutent des équipes d’interprètes pour les besoins d’un client particulier ou d’un événement.

 Ses perspectives de carrière ?

Fourchette de salaire au premier emploi : le salaire d’un interprète varie en fonction de son statut et de l’activité. Dans les institutions internationales :

  • Pour un free-lance débutant, la rémunération journalière nette est de 330 euros environ. 
  • Pour un free-lance expérimenté, la rémunération journalière nette est de 420 euros environ. 

Perspectives d’évolution 

les interprètes indépendants (ou free-lance) s’orientent parfois dans la fonction publique internationale (Union européenne, Cour européenne des Droits de l’Homme, ONU, OTAN, ONG).

 

Quelle formation suivre pour devenir interprète ?

L’ISIT forme chaque année des étudiants au métier d’interprète par le biais de son master interprétation de conférence. Un master formateur mais surtout en accord avec l’exigence du domaine de travail visé.

Des exemples concrets

Lisez les témoignages de Tom, diplômé 2015, de Benoît, diplômé 2014 et d’Ornella, diplômée 2013.

Interprétation de conférence
ISIT 2014
France

Benoît Malmontet

La formation de l’ISIT est en phase avec les besoins du marché : les enseignants sont tous des interprètes en activité.
Découvrir le portrait
Interprétation de conférence
ISIT 2015
France

Tom Viart

Ce programme professionnalisant m’a permis de me lancer sur le marché de l’interprétation dès le diplôme obtenu.
Découvrir le portrait
Interprétation de conférence
ISIT 2013
France

Ornella Olenga Disashi

Ce métier apporte une vraie réponse à ma soif d’apprendre, c’est un alibi parfait pour parfaire sa culture générale.
Découvrir le portrait